Archive | Les élèves écrivent… ! RSS for this section

Non à un monde de peur

Vous n’êtes pas atteints par la douleur, les cris et les pleurs. Vous qui pensez pouvoir blesser la France et la mettre à terre, vous qui pensez que votre religion doit guider le monde, vous avez beau être des êtres humains, des hommes, des pères, des frères vous n’avez pas à faire ça !

Pourquoi vouloir détruire des familles, des amis, des humains comme vous ? Pourquoi vouloir déclarer une troisième guerre mondiale ?

Les corps allongés…. les enfants terrorisés… les cris et les larmes résonnent parmi les coups de feu.

Savez-vous le mal que vous faites ? Des personnes tuées, des personnes mutilées, des personnes choquées à vie ? Eux, n’ont rien demandé juste à s’amuser, rigoler, sourire.

Mais, malgré quelque coups de feu, la France relève la tête, la France sait toujours s’amuser, rire et surtout profiter de la vie.

Inès L, Elise R

Nouvelle …

Ça, c’est une photo prise juste avant que je rencontre C. J’étais en vacances, toute bronzée, et tu as vu mes cheveux ? Je les adore comme ça !

Sur cette photo, je suis avec ma sœur, ça faisait quelques jours que nous étions rentrées en ville. Elle ronchonnait parce que son teint halé commençait à partir. Juste après, j’avais dû sortir de la maison et c’est là que j’avais rencontré C. : c’est le surnom que lui donne ma mère, car elle déteste prononcer son nom.

Ah je déteste cette photo ! Je suis pratiquement en pleurs. Un problème avec C. Enfin c’était plutôt lui le problème. Bref, Mon frère avait eu la bonne idée de débarquer en trombe dans ma chambre, avec l’appareil photo et de prendre ces magnifiques clichés de moi !

Sur celle-là, on est tous dessus ! Maman, Papa, ma sœur, qui, incroyable, avait réussi à garder une couleur blond soleil à ses cheveux, mon frère, ma grand-mère, et bien-sûr C, on ne le voit pas trop, mais il est bien là.

On sourit sur cette photo, mais je sais que personne n’était vraiment d’humeur. J’avais parlé de C. à mes parents et bien-sûr ils n’avaient pas aimé.

Mon frère avait cafté m’avoir vu en pleurs. Je n’avais pas voulu leur dire, pas pour l’instant. Mais après leur avoir dit pour C., ma mère avait tout de suite fait le lien. Mon grand-père l’avait déjà rencontré et ça ne s’était pas bien fini : rien pour arranger les choses. Ma mère avait tout de suite décrété qu’on l’appellerait C. C’était sa façon à elle de gérer le « problème ».

Je suis avec Clémentine et Camille sur celle-ci. Cette photo n’est pas si mal, on a l’air très heureuse. Je suis sûre qu’on l’était. Elle a été prise chez Clémentine, je reconnais son pommier. Sa mère avait dû prendre la photo. Je leur avais dit pour C. cette après-midi, un peu après l’avoir dit à mes parents. Elles avaient été géniales, comme toujours.

Là, je suis dans le jardin. Ma mère voulait prendre de plus en plus de photos de moi. Je ne supportais pas ça ! Surtout à cette époque. C. est sur cette photo. Ma mère, aurait bien aimé qu’il ne soit pas là, mais ça, ce n’était pas possible.

Sur celle-ci, je rentrais juste de chez le coiffeur. J’étais obligée d’y aller ! Ça faisait un petit moment que mes cheveux commençaient à ne plus ressembler à rien.

Là, c’est une vieille photo de moi, elle date de la maternelle. J’avais 4 ans donc ça fait à peu près 16, 17 ans. Mon père et moi l’avons retrouvé l’autre jour, en fouillant dans mes vieilles affaires. Il m’a raconté comment j’étais bébé, et à quel point j’étais mignonne. Vu cette photo, il mentait probablement. C’est en trouvant cette photo que j’ai réalisé que jamais je n’aurai d’enfant avec C. C’est bête, ils auraient sûrement été très mignons.

Ah j’adore cette photo ! Elle regroupe à peu près toutes les personnes que j’ai rencontré grâce à C. Elles sont toutes formidables. Tu as vu la tête que fait Sam sur celle-là ! C. m’a apporté beaucoup de tristesse mais malgré tout, quand je regarde ces gens, tout ce que je peux voir c’est de la joie, et de très bons moments .

Je suis avec ma sœur et mon frère sur celle-là, on venait de passer une super journée. J’avais profité de chaque moment. C. m’avait fait réaliser que même si ils étaient très chiants, ils étaient ma sœur et mon frère, et que je les aimais.

Et voilà, c’est la dernière photo, c’est ma grand-mère qui l’a prise. Bien sûr je ne suis pas dessus. Ma famille venait juste de répandre mes cendres. J’étais morte 2 semaines de ça, du C.ancer.

 

 

Manon S