Poèmes : Nuit du 13

Ces poèmes ont été écrits par des élèves de quatrième en hommage aux victimes des attentats commis pendant la nuit du 13 novembre 2015.

Pourquoi ? Pourquoi ?

Je regarde avec désarroi

Les ruisseaux écarlates

Coulant jusqu’à la piste plate,

Cette fête, cette soirée

Et tous ces corps à terre

Vomissant d’écarlates rivières,

Ces hommes cracheurs de feu,Vomissant d’écarlates rivières,

Ces hommes cracheurs de feu,

Ces bêtes au cœur d’acier

Venues au nom de leur dieu.

Tant de violence injustifiée,

Tant de pleurs, tant de blessés !

vivre dans la peur n’est pas notre destin,

Nous étions libres avant ces assassins.

Ne nous laissons pas anéantir !

Il est temps pour eux de partir

Rejoindre leur dieu

Qui est si cher à leurs yeux.

Élise

Vous êtes arrivés en clan
Au Bataclan
Vous avez anéanti des vies
Et des familles aussi.

Femme pendue à la fenêtre

Accrochée à la vie qui reste.
Des corps vidés de leur sang
Poussant des hurlements.
Ils prenaient juste un café
Ils resterons terrifiés.
En moins d’une heure,

Vous avez semé l’horreur.
Des familles en pleurs.
Vous avez poussé des cris
Maintenant nous sommes tous unis.

Vous voulez créer l’apocalypse
Avec vos djihadistes,
Avec sang froid, des innocents vous décapitez
Allah n’a jamais dit de tuer
Vous voulez juste vous approprier
La religion qu’il a créée.

Lylou, Maoni, CLarisse

Je dansais à m’en brûler les pieds.

La musique me transportait

Quand d’un coup mon cœur s’emballe,

La musique laisse place aux balles,

Des centaines de cri

Sonnèrent comme la nouvelle mélodie,

Et pour leurs musiciens,

Les spectateurs s’enfuirent en vain

Et les corps encore suintants

S’envolèrent au grès du vent.

Ils semblaient s’évaporer

Comme s’ils essayaient de se retrouver,
Certains laissant un liquide écarlate couler,
Leurs entrailles meurtries,
Les âmes enfuies.

Tels des fantômes égarés,

Ils nous ont rapprochés

Et eux, se sont divisés.

Emma


Je t’ai supplié,

Supplié de me donner cette place

Que je voulais.

Tu as accepté,

Je m’y suis préparée,

J’y suis allée

Enfin j’y étais.

Je sentais

Cette musique me transportait,

Je dansais,

Je chantais,

Je ne pouvais imaginer

Plus beau moment à partager.

Puis la musique a cessé,

Le silence s’est installé.

Cette musique sonnera dans ma tête à tout jamais,

Je le savais

Je n’aurais pu oublier

Cette soirée.

Manon

Décembre 2015 – N°1

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :