Non au harcèlement

Témoignage

La chanson « Maux d’enfants » :

En duo avec la Fouine, le chanteur Patrick Bruel dénonce la violence virtuelle, il met au grand jour l’histoire de plusieurs adolescents, victimes de harcèlement.

Un véritable fléau dont il se fait le porte-parole.

Certaines parties de sa chanson sont inspirées de faits réels :

« Pour une fille, qui leur dit non
Pour un garçon qui aime un garçon Pour une petite phrase à la con
Parce qu’au milieu, d’une cour d’école
Il n’y a pas qu’les ballons qui volent Il n’y a pas que des jeux drôles »

Rien que ce petit bout de strophe nous explique que les choses dites peuvent blesser des personnes n’ayant rien demandé et faire mal.

«Et on joue au jeu de celui qui sera le plus cruel. Les commentaires appellent au secours, parfois les mots sont des larmes. Les claviers ça tire, les ordis sont des armes»

Rapées quelque temps après, ces phrases dénoncent la CYBERVIOLENCE, montrent que même chez soi, derrière un ordinateur, seul dans sa chambre quelqu’un peut être harcelé ! Ce fléau de la génération d’internet tue

chaque année des jeunes gens rêvant d’être considérés comme quelqu’un de dit « normal » ! Si un de vos proches s’éloigne de vous, ou un de vos camarades reste dans sa chambre, pleure, revient avec des bleus, réfléchissez, ouvrez les yeux et vous verrez que ce n’est pas pour vous embêter qu’il fait ça, mais que c’est un appel, un S.O.S !

Si malheureusement c’est vous qui êtes victimes de ces ignorants, sachez que c’est peut-être par jalousie ou par peur d’être moins bon que vous !

Un numéro vert a été créé le 5 Novembre, journée mondiale contre le harcèlement, par l’ AFP de Paris : 3020

En cas de cyber-harcèlement (Harcèlement via internet) le numéro vert « Net écoute » est aussi à votre disposition : 0 800 200 000.

Au sein de votre collège, il est probablement possible de prendre rendez-vous auprès de l’assistante sociale ou d’en parler à l’infirmière.

Surtout agissez, n’ayez pas peur d’en parler. Des gens peuvent vous écouter, et surtout si l’on vous traite de « moins que rien », de « déchet de la société », n’oubliez pas qu’avant tout, vous êtes une personne.

Mon témoignage :

Moi même j’ai subi la folie d’un groupe d’enfants. Pendant 2 ans, ils m’ont frappé, insulté et volé mes affaires. Je n’osais rien dire par peur des représailles, jusqu’au jour où ma mère me vit pleurer le soir dans mon lit. C’était un dimanche. Dans quel état était-elle, quand je lui ai expliqué mes soucis. Ces « camarades de classes », ceux dont la maîtresse disait à quel point ils étaient gentils !

Heureusement, ma mère était là, heureusement elle m’a compris, et heureusement elle m’a changé d’école. Cette école, parfois, je la vois et j’y repense en me disant :

– Ah, ma maman, que je t’aime, que je t’aime de ne pas m’avoir laissé dans ce lieu de fous !

Après ça je pourrais vous dire aussi qu’un de ces garçons qui m’avait frappé, je le vis arriver un jour de décembre dans mon collège. Quelle tête, ah quelle tête quand il m’a vu, et quelle tête quand il a vu que j’étais entouré d’amis, et lui seul, dans ce lieu qu’il ne connaissait pas.

Mais, ce garçon a eu de la chance, il était tombé sur moi, quelqu’un qui n’est pas rancunier, je mis de coté cette haine qui l’aurait tué sur place, et mis en avant la gentillesse qui me disait de l’aider, de l’accompagner !

Maintenant nous sommes en 2015, ça va faire trois ans, trois ans que je le vois au collège, et trois ans que maintenant, nous sommes devenus amis. Certains diront « pourquoi tu racontes  ta vie ?  Pourquoi tu as écris ça ? ». Moi, je leur dirai : « J’écris, j’écris car cette personne qui m’a frappé, qui m’a HUMILIE , il y a trois ans s’est excusée. Il était triste de m’avoir fait ça ! Lui ai-je pardonné ? Me suis-je vengé ?

Non, bien au contraire, avoir accepté ses excuses m’a endurci et a refermé une plaie immense qui était en moi. Et maintenant je vous écris en espérant que rien, non rien, ni personne ne peut vous juger, vous faire du mal sans en faire à lui même.

B.E Décembre 2015 – N°1

Publicités

One response to “Non au harcèlement”

  1. Alicia says :

    Très touchant 😐
    Je reste émue les yeux presque mouiller

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :